Pierre Klossowski

Help us to keep this page up-to-date.

Oeuvres et activités littéraires (travail en cours) :

1925

– Lettre de Pierre Klossowski sur Rainer Maria Rilke, citée dans la « Gazette » de la revue Le Navire d’Argent (dir. Adrienne Monnier), à l’occasion de la publication par Insel Verlag, à Leipzig, de sa traduction de plusieurs poèmes de Paul Valéry; in Le Navire d’Argent, 2e année, n°9, 1er février 1926, éd. La Maison des Amis des Livres (Paris VIe), p. 90-91 (en ligne).

– Poèmes de la folie de Hölderlin, Pierre Jean Jouve, avec la collaboration de Pierre Klossowski, avant-propos par Bernard Groethuysen; Paris : J. O. Fourcade, 1927. Extraits traduits de divers ouvrages de Hölderlin, suivi de « Quelques documents sur la folie de Hölderlin ». (Rééd. 1929, 1930, 1963).

→ Recension par Jean Cassou in Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques: hebdomadaire d’information, de critique et de bibliographie; Année 9, n° 382; 8 février 1930; rubrique « Les Nouvelles Poétiques », p.7 (image et en ligne).

– « À la recherche de la guerre perdue », Friedrich Sieburg, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski (extraits du livre Gott in Frankreich ? « à paraître prochainement en Allemagne »); in La Revue des Vivants, Paris (VIIIe), 2e année, n°7, juillet 1929, p. 514-518 (en ligne).

1930

– « Le Verdict », Franz Kafka, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski et Pierre Leyris, in Bifur 5, avril 1930, éd. du Carrefour (rééd. Jean-Michel Place, 1976), p. 5-17.

(?) Klossowski rédige au cours de 1930 un livre sur Heinrich von Kleist, dont on connaît l’existence (entre autres ?) par ces quelques lignes : « Betty, Kleist sur qui je fais une étude en ce moment » (lettre à Elizabeth Holland, rédigée entre l’automne 1929 et le 25 mai 1930; in Lettres à Betty, Madrid 2007, p.22) et « Mon travail sur la jeunesse de Kleist est en plein marasme: j’en ai encore pris un coup à cette occasion: je croyais être seul à travailler sur ce thème, ce qui m’encourageait d’autant plus. Alors je reviens du septième ciel, j’augmente le tempo et boum! Vie de Henri de Kleist par Émilie et Georges Romieu. C’en était déjà au septième ou neuvième chapitre. Mais c’est cependant écrit de façon si conventionnelle et kitsch, d’une telle absence de compréhension, si mal documenté que tout est encore à vérifier, ce à quoi Georges et Émilie n’ont même pas songé » (lettre à la même, rédigée en septembre 1930; idem, p. 53-54).

(?) Dans une lettre à Elizabeth Holland du 27 juin 1930, Klossowski évoque le projet d’une traduction de « Frobenius » (en toute vraisemblance Leo Viktor Frobenius, l’ethnologue, 1873-1938) en ces termes: « La traduction de Frobenius est actuellement à l’eau: les éditeurs français et allemands n’ont pu se mettre d’accord sur les droits d’option etc. » (Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 34).

– (?) Dans une lettre à Elizabeth Holland de septembre 1930 Klossowski écrit : « J’ai traduit deux magnifiques contes nègres » (Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 52).

– « Hermann von Keyserling », Rudolf Kassner, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski, in La Revue Européenne, avril 1931.

– Sur un brise-glace soviétique: « le Malyguine », Friedrich Sieburg, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski, illustré de 13 photographies; éd. Bernard Grasset (Paris), impr. Moderne (Montrouge), 1932 (12 septembre).

– Défense du nationalisme allemand, Friedrich Sieburg, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski; Paris : B. Grasset, 1933; in-16, viii-280 p.

– « Éléments d’une étude psychanalytique sur le Marquis de Sade », Pierre Klossowski, in Revue Française de Psychanalyse, Organe officiel de la Société Psychanalytique de Paris, tome VI, N°3-4, 1933, Denoël et Steele (Paris VIIe); p. 458-474; (en ligne).

– Le Marquis de Sade, Otto Flake, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski; Abbeville (Somme), impr. F. Paillart Paris, Bernard Grasset, 61, rue des Saints-Pères, 1933 (13 septembre); in-8, 251 p.

→ Avis de parution, du livre traduit par « Klossovski », à la page 5 du Figaro du Samedi 15 avril 1933, dans la rubrique « Carnet du Lecteur » (image; et sur Gallica).

– « Le mal et la négation d’autrui dans la philosophie de D. A. F. de Sade », Pierre Klossowski, in Recherches Philosophiques IV, 1934-1935, Boivin & Cie, Éditeurs, Paris; p. 268-293.

1935

– « Temps et agressivité, contribution à l’étude du temps subjectif », deux « fragments », Pierre Klossowski, in Recherches Philosophiques V, 1935-1936, Boivin & Cie, Éditeurs, p. 100-111.

– Robespierre, Friedrich Sieburg, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski, Paris : Ernest Flammarion, impr. Emmanuel Grévin et fils (Lagny), 1936 (29 mai), 333 p., in-8.

→ Avis de parution in Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques: hebdomadaire d’information, de critique et de bibliographie; n° 713, Annnée 13, 13 juin 1936, p. 6, rubrique « La semaine bibliographique analytique et critique » (image et en ligne)

– « Le Monstre », Pierre Klossowski, texte sur Sade, in AcéphaleLa Conjuration Sacrée, 1e année, 24 juin 1936 (en ligne).

– Le Sens de la souffrance : suivi de deux autres essais, Max Scheler, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski; collection « Philosophie de l’esprit » dirigée par L. Lavelle et R. Le Senne; éd. Ligugé, impr. E. Aubin et fils Paris, Fernand Aubier, 1936 (2 décembre); in-16, xii-183 p. (Rééd. F. Aubier, 1942; 1946).

→Recension du Sens de la souffrance par A. de Waelhens, in Revue néo-scolastique de philosophie, 40e année, 2e série, n°54, 1937, p. 309-311 (en ligne).

– « L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée », Walter Benjamin, traduit de l’allemand avec l’auteur par Pierre Klossowski; in Zeitschrift für Sozialforschung, Herausgegeben im Auftrag des Instituts für Sozialforschung von Max Horkeimer, Jahrgang V/1936, Librairie Félix Alcan Paris (1937), p. 40-68 (en ligne).

– « Création du Monde », Pierre Klossowski, in Acéphale, Nietzsche et les Fascistes: une Réparation, numéro double, 21 janvier 1937, p. 25-27 (en ligne).

– « Deux interprétations récentes de Nietzsche », Pierre Klossowski, recension du Nietzsche, Einfuehrung in das Verstaendnis seines Philosophierens de Karl Jaspers (Berlin, 1936) et du Nietzsches Philosophie der ewigen Wiederkunft des Gleichen de Karl Loewith (Berlin, 1935), in Acéphale, Nietzsche et les Fascistes: une Réparation, numéro double, 21 janvier 1937, p. 28-32 (en ligne).

→ Recension de ce numéro d’Acéphale par René Bertelé in Europe, n° 173, tome 44, 15 mai 1937, « À travers les revues », p. 132-137 (pdf; et en ligne).

– Les impressionnistes, Wilhelm Uhde, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski; choix des oeuvres reproduites arrêté par Ludwig Goldscheider; Vienne/Paris : Éd. du Phaidon, 1937; imprimé en Autriche.

– « L’Angoisse mythique chez Goethe », Walter Benjamin, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski (traduction partielle de l’article de W. B. sur les Affinités électives); inclus dans le dossier « Le Romantisme allemand », in Cahiers du Sud, 24e année, n° spécial, Mai-Juin 1937, tome XVI, p. 342-348.

– « Notes sur la fondation d’un Collège de Sociologie », Georges Ambrosino, Georges Bataille, Roger Caillois, Pierre Klossowski, Pierre Libra, Jules Monnerot (« déclaration rédigée dès le mois de mars 37 »); in Acéphale, Dionysos, n°3-4, juillet 1937, p. 26 (en ligne).

– « Don Juan selon Kierkegaard », Pierre Klossowski, in Acéphale, Dionysos, n°3-4, juillet 1937, p. 27-32 (en ligne).

– Le nouveau Portugal: portrait d’un vieux pays, Friedrich Sieburg, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski, Les Éditions de France, Paris, 1938.

→ Avis de parution dans le quotidien  Le Journal (Paris), n° 16881, 8 janvier 1939, rubrique « Derniers livres parus » (image; et dans Gallica).

– (?) Le 27 juillet 1937 Klossowski écrit à Elizabeth Holland: « Figure-toi que Michel <probablement Michel Leiris> m’a fait faire pour les United Artists des traductions de textes de films américains en sous-titres allemands et comme mes premiers essais ont été immédiatement acceptés il se peut que ça devienne prochainement un job régulier et plus ou moins rémunérateur » (cf. Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 84).

– Antigone: Réflexion du Tragique antique dans le Tragique moderne. Un Essai dans l’aspiration fragmentaire. Conférence destinée aux @, par Victor Eremita / Sören Kierkegaard; traduction d’après l’allemand et postface de Pierre Klossowski; Éditions « Les Nouvelles lettres », 13, rue de Savoie, 1938 (30 décembre.); « Collection Avènement » n°1; Paris, impr. Uhl.
La publication était initialement prévue chez Levis Mano pour juin 1938 (cf. Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 76). Le 15 juin 1938 Klossowski écrit à Pierre Leyris : « Tisseau ayant annoncé sa traduction de l’Alternative de Kierkegaard, j’ai retiré à G. L. M. ma traduction de l’Antigone qu’il ne pouvait publier avant la rentrée, et vais la faire paraître en même temps que le commentaire, en un tirage à part, aux Nouvelles Lettres, dont je t’envoie le premier numéro » (ibid., p. 80).

– « Les forces de haine: Qui est mon prochain ? », Pierre Klossowski (signé avec la mention: Chemillieu et Champrovent, octobre 1938.); in Esprit, Revue internationale, 7e année, 75, 1er décembre 1938, p. 402-423.

– « Réflexions sur l’Anthropophagie », Pierre Klossowski, rédigé « fin juillet 1939 », manuscrit d’une page, conservé à la Bibliothèque Jacques Doucet (Paris).

1940

– (?) Dans une lettre à Elizabeth Holland datée du 15 avril 1940, Klossowski écrit: « À présent je traduis la conférence qu’un Alsacien, ancien élève de Husserl, fera samedi prochain chez Marcel <Moré> sur le Nationalsocialisme. Excellentes remarques sur la disposition intime de l’esprit allemand à se trahir lui-même » (Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 88-89).
Dans la même lettre il dit: « Beaucoup à travailler, des réunions çà et là (Berdiaeff, Gabriel Marcel) et presque pas un instant pour mes nouvelles lectures ni pour achever mon volume d’essais que Wahl me presse de publier et auquel je voudrais ajouter cette introduction à Kafka en la développant encore. D’ailleurs il est probable qu’elle paraisse à la Revue de Paris » (idem, p. 88).

– « De l’être tel, de l’existant et de l’analogia entis chez Maître Eckhart, » Pierre Klossowski, rédigé à La Leysse en 1941, manuscrit de 18 pages conservé à la Bibliothèque Jacques Doucet (Paris).

(?) Dans une lettre à Elizabeth Holland écrite depuis le Couvent des Frères Prêcheurs à Saint Maximin (Var), datée du 3 novembre 1941, Pierre Klossowski écrit: « Dès la semaine dernière j’ai commencé mes leçons avec le Père Brück <Raymond Léopold Bruckberger (1907-1998)>, en nous mettant tous deux à la traduction du commentaire de Saint Thomas sur les Noms Divins de Denys l’Aéropagite » (Lettres à Betty, Madrid 2007, p.138).

– (?) Dans une lettre à Elizabeth Holland datée du 6 mars 1942 (Couvent de Saint-Maximin), Klossowski parle d’une « conférence » qui aurait « déterminé une altération de l’atmosphère que Bruck <Raymond Léopold Bruckberger (1907-1998)> qualifiait même de maléfice ». Elle semble avoir été prononcée au couvent des frères prêcheurs de Saint-Maximin, vers la fin de février 1942, devant une audience composée de laïques ainsi que de clercs (le père Marie-Michel Labourdette, le Père Mousquet entre autres). Son sujet était-il la « mort de Dieu » chez les « Acéphales »? (Lettres à Betty, Madrid 2007, p.154).

– Objections faites à la Métaphysique et à l’anthropologie thomiste en ce qui concerne l’intelligibilité de l’être, les notions d’acte et de puissance, l’ambivalence de la volonté, la possibilité et le péchémanuscrit de 8 feuillets, conservé à la Bibliothèque Jacques Doucet (Paris); texte d’une dissertation rédigée au couvent de Saint-Maximin (Var), pour le Père Labourdette (en vue d’être accepté séminariste ?), sûrement en avril 1942, et vraisemblablement au début de ce mois. Dans les marges P. Klossowski a inscrit au crayon les remarques du Père Labourdette ainsi que ses propres réponses à celles-ci.
Dans une lettre à Elizabeth Holland datée du Jeudi de Pâques (2 avril) 1942, Klossowski évoque cette « dissertation » qu’il doit « rédiger pour le Père Labourdette »; plus loin il écrit: « Passé la matinée dans le verger du couvent, quelques cerisiers en fleurs se penchant vers nous, avec le Père Stève <Marie-Joseph Stève (1911-2001)> à discuter mes notes (dissertation) sur la volonté et mes objections hasardées à l’argumentation de la Somme Théologique. Entretien encourageant <…> D’une façon générale, l’explication dans laquelle je me trouve engagé a ceci d’excellent qu’elle me contraint à sortir de l’équivoque et à reconnaître pour amis ceux que j’avais trop négligés jusqu’à présent… Kant, mais attention… Quelle prudence chez le P. Fessard <Gaston Fessard (1897-1978)> qui choisit Maine de Biran, osant ensuite le proclamer « notre Kant »… » (Lettres à Betty, Madrid 2007, p.159-160).

– Dans une lettre à Pierre Leyris, datée du 14 janvier 1943 (Lyons), Klossowski écrit: « Pour l’instant me voilà lancé dans un travail sur le sens de l’expiation dans le Prophétisme et le Sacerdoce (le second Esaïe et Ezéchiel) ».

1945

– Recension par P. Klossowski de La Muraille de Chine de Franz Kafka (trad. par Jean Carrive), in Dieu Vivant : Perspectives religieuses et philosophiques n°2, éd. du Seuil, 2e trimestre 1945, p. 151-153.

– « Introduction au Journal Intime de Kafka », Pierre Klossowski, in Cahiers du Sud, n°270, mars-avril 1945, faisant partie du dossier « Présence de Kafka ».
Cette Introduction est déjà mentionnée le 15 avril 1940 dans une lettre à Elizabeth Holland, elle devait apparemment s’insérer dans un  « volume d’essais », et être publiée dans la Revue de Paris (Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 88).

 – « Le livre de Josué », Wilhelm Vischer, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski, le «texte contient les passages principaux du premier chapitre du Témoignage du Christ dans l’Ancien Testament»; avec un avant-propos de Jean Bosc. In Dieu Vivant: perspectives religieuses et philosophiques n°4, éd. du Seuil, impr. G. Blanchong et Cie, 4e trimestre 1945, p. 53-79.

– « Discussion sur le péché », discussion organisée par Georges Bataille chez Marcel Moré (5 mars 1944) en présence de : « MM. Adamov, Blanchot, Bolin, Mlle de Beauvoir, MM. Bruno, Burgelin, Camus, Couturier, R. P. Daniélou, R. P. Dubarle, MM. Gallimard, de Gandillac, Hyppolite, Klossowski, Lahaye, Leiris, Lescure, Madaule, Marcel, Massignon, R. P. Maydieu, MM. Merleau-Ponty, Moré, Mounir Hafez, Paulhan, Prévost, Sartre, etc. » Pierre Klossowski intervient au tout début par deux fois. Les minutes de la discussion sont précédées par un « Extrait des thèses fondamentales » par Pierre Klossowski, ainsi que d’une « Contestation » par Jean Daniélou. In Dieu Vivant: perspectives religieuses et philosophiques n°4, éd. du Seuil, impr. G. Blanchong et Cie, 4e trimestre 1945, p. 83-133.

– (?) Dans une lettre à Elizabeth Holland datée du 11 août 1945 (Paris, 3 Cour de Rohan), Klossowski évoque, outre une traduction non référencée de Luther, sa « propre création » du moment: « De toutes ces émotions mon propre travail a souffert affreusement, comme bien vous pensez. Je ne parle pas tant de mes traductions de Kafka (Journal IIe partie), de Luther, de Hamann, que de ma « propre création », les Contemporains du Golgotha dont Pierre vous a, je crois, raconté la scène des Gardiens du Sépulcre. Carrive, Albert-Marie Schmidt, Emmanuel en sont enthousiasmés je n’exagère pas, et Pierre, très frappé au cours de deux lectures que je lui en ai faites successivement, à la lire lui-même en a été déçu, attribuant sa première impression à mon jeu, au ton de ma voix, toutes choses invraisemblables, mais enfin! Lui et Marcel voulaient le donner dans Dieu Vivant, puis ils se sont ravisés. Tant pis ou tant mieux! Moi-même j’avoue que je n’arrive plus à rentrer dans l’ambiance de cette composition à laquelle je m’étais mis, au mois de Mai, dans un état d’effervescence créatrice que je ne retrouve plus. Il est vrai que tout ce que je viens de vivre n’a pas été sans m’orienter ailleurs, ce qui n’empêche que cela s’éprouve tout d’abord comme une désorientation pure et simple… » (Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 192). Il semblerait, aux dires de la lettre, que le texte était à l’époque même encore inachevé. À notre connaissance aucune autre trace n’est restée de les Contemporains du Golgotha.

– « Note d’actualité » signée « P. K. » (à propos de deux sermons prononcés en l’Église « Liebfrauenkirche », à Ravensburg, au lendemain de l’Armistice, le 27 mai et le 8 juin 1945, par le R. P. Küble); in Dieu Vivant: perspectives religieuses et philosophiques n°4, éd. du Seuil, impr. G. Blanchong et Cie, 4e trimestre 1945, p. 156-157.

– Journal intime, suivi de : Esquisse d’une autobiographie, Considérations sur le péché, Méditations, Franz Kafka; introduction et traduction de l’allemand par Pierre Klossovski; Paris, B. Grasset (Montrouge, Seine, Impr. moderne), 1945.
Ces « traductions de Kafka (Journal IIe partie) » sont mentionnées dans une lettre à Elizabeth Holland datée du 11 août 1945 (Lettres à Betty, Madrid 2007, p. 192).

Recension par Jean Carrive du Journal Intime de F. Kafka, dans la traduction de Pierre Klossowski; in Dieu Vivant: perspectives religieuses et philosophiques 4, éd. du Seuil, 4e trimestre 1945, p. 148-149.
 Recension par Jean de Rostu in Etudes: revue fondée en 1856 par des Pères de la Compagnie de Jésus, année 79, tome 248, janvier 1946, « Revue des livres », p. 141-143 (Pdf et en ligne). Cette recension est aussi celle de deux autres ouvrages parus la même année que la traduction de Pierre Klossowski: Kafka de Max Brod, traduit par Hélène Zylberberg (Paris, Gallimard, 1945); ainsi que La Colonie Pénitentiaire et d’autres textes, traduits et préfacés par Jean Starobinski (Paris, Egloff, 1945).

– « Métacritique du purisme de la raison pure », Johann Georg Hamann, texte traduit et présenté par Pierre Klossowski, publié in Deucalion, cahiers de philosophie (revue sous la dir. de Jean Wahl), n°1, août 1946, p. 233-243 (lire en pdf).
Est-ce de cette traduction dont Klossowski parle dans une lettre à Elizabeth Holland du 11 août 1945: « Je ne parle pas tant de mes traductions de Kafka (Journal IIe partie, de Luther, de Hamann, que… »

– « Méditations Bibliques » de Johann Georg Hamann, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski, précédé en guise d’introduction par « Johann George Hamann 1730-1788 » (extraits d’une « Anthologie de J.-G. Hamann, à paraître aux Éd. du Pavois (sic) »); in Dieu Vivant : Perspectives religieuses et philosophiques n° 7, éd. du Seuil, 4e trimestre 1946, p. 35-55.

– « Rainer Maria Rilke et les élégies de Duino », Pierre Klossowski, recension de Zu Rainer Maria Rilke Deutung des Daseins  de Romano Guardini (Berne, Verlag A. Francke A. – G., 1946), in Critique n°5, 1e année, octobre 1946, p. 404-418.

– Sade mon prochain, Pierre Klossowski, éd. du Seuil, 1947, collection « Pierres Vives »; impr. Paris : Lang, Blanchong.

→ Recension de Sade mon prochain, Pierre Debray, in Dieu Vivant: perspectives religieuses et philosophiques, nº 10, éd. du Seuil, 1er trimestre 1948, p. 141-143.
→ Recension de Sade mon prochain, Jean Lacroix, in Esprit, nº 135, juillet 1947, p. 170–172.
→ Le livre reçoit une voix au troisième Prix des Critiques gagné par A. Camus avec La Peste (cf. Le Monde, 14 juin 1947 — en ligne).

– « De l’opportunité à étudier l’oeuvre du marquis de Sade », Pierre Klossowski, inclus dans le dossier « Approches de Sade », in Cahiers du Sud,  34e année, n°285 (1947).

→ Recension de « De l’opportunité à étudier l’oeuvre du marquis de Sade » par Aimé Patri, in Paru, février 1948, n°39, éd. Odile Pathé; p. 108. « P. Klossowski tente de justifier l’opportunité d’étudier, Sade du point de vue chrétien auquel il s’est placé dans un ouvrage analysé ici-même (Paru, n°31, p. 47) et précise qu’il n’avait pas pour objet d’entreprendre la conversion de Georges Bataille ».

– « Tertullien : Du sommeil, des songes, de la mort« , traduit du latin par Pierre Klossowski, précédé par « Notes sur le traité De l’âme de Tertullien »; in La Licorne II, Hiver 1948, Éditions de La Licorne, Paris, 1947 (5 décembre).

– « Les sens spirituels chez Saint Augustin », Paul-Ludwig Landsberg, traduction de l’allemand et avant-propos de Pierre Klossowski, in Dieu Vivant: perspectives religieuses et philosophiques 11, éd. du Seuil, 1948, p. 83-105 (lire en pdf).

– « À propos d’une anthologie du Marquis de Sade », Pierre Klossowski, recension des Oeuvres du Marquis de Sade (textes choisis par Maurice Nadeau et précédés d’un essai : Exploration de Sade); in Paru : l’actualité littéraire, intellectuelle et artistique, juin 1948, n°43, éd. Odile Pathé; p. 60-63.

– « Hegel et le mage du nord », Pierre Klossowski, in Les Temps Modernes, n° 35, août 1948, pp. 234-238; suivi de la traduction de fragments du Johann Georg Hamann de Hegel, p. 239-264. (Extraits de l’Introduction aux Méditations Bibliques « à paraître aux Éditions de Minuit »).

– « Pierre Jean Jouve romancier : Catherine Crachat », Pierre Klossowski, recension de Aventure de Catherine Crachat (P. J. Jouve, 1947) publiée in Critique, tome IV, n°27, 3e année, août 1948, p. 675-688.

– « Kafka Nihiliste ? », Pierre Klossowski, recension de Kafka ou l’Irréductible Espoir de Robert Rochefort (Julliard, 1947), in Critique, tome IV, n°30, 3e année, novembre 1948, p. 963-975.

– Les Méditations bibliques de Hamann avec une étude de Hegel, traduction et introduction de Pierre Klossowski, éd. de Minuit, 1948 (4 décembre); rééd. critique: Éditions Ismael (2017).

→ Recension par « M. N. » (Maurice Nédoncelle), in Revue des sciences religieuses, tome 23, fascicule 3-4, (1949), p.412, (en ligne).
→ « La vie étrange et profonde de Hamann », Pierre Brachin, recension de la traduction des Méditations Bibliques (1948) et du Johann-Georg Hamann de Josef Nadler (1949); in Critique, revue générale des publications françaises et étrangères, tome IX, n°56, septième année, janvier 1952, p. 57-65.
→ « L’actualité prophétique de Hamann », recension de Les Méditations Bibliques par Gaston Fessard; in Études: revue fondée en 1856 par des Pères de la Compagnie de Jésus, 82e année, tome 263, octobre-novembre-décembre 1949, Paris, p. 116-119.

– (?) À la fin du n°13 de Dieu Vivant, éd. du Seuil, 2e trimestre 1949, p. 155; on trouve l’annonce suivante: « Les cahiers Dieu Vivant publieront (…) La pensée de Simone Weil par Pierre Klossovsky ». Ce texte n’apparaîtra pas dans les numéros ultérieurs.

– « Sur Maurice Blanchot », Pierre Klossowski, in Les Temps Modernes, n°40, Gallimard, février 1949 (abrégé et augmenté d’une introduction dans Un si funeste désir, 1963).

– « Le langage, le silence et le communisme », Pierre Klossowski, in Critique, n°37, juin 1949 (repris dans Un si funeste désir, 1963).

1950

– La vocation suspendue, Pierre Klossowski, éd. Gallimard (Paris), impr. Moderne (Montrouge), 1950.

→ Recension négative par Robert Coiplet in Le Monde, 7 octobre 1950 (en ligne).

– « La messe de Georges Bataille, À propos de L’Abbé C…« , Pierre Klossowski, in Revue 84, Paris, 1950 (repris dans Un si funeste désir, 1963).

– « En marge de la correspondance de Claudel et de Gide », Pierre Klossowski, in Les Temps Modernes, n°56, Gallimard, juin 1950 (repris dans Un si funeste désir, 1963).

– « Gide, Du Bos et le démon », Pierre Klossowski, in Les Temps Modernes, n°59, Gallimard, septembre 1950 (repris dans Un si funeste désir, 1963).

– L’Ancien Testament, témoin du Christ : (tome) II. Les Premiers Prophètes, Wilhelm Vischer, traduit de l’allemand par Pierre Klossowski; Delachaux et Niestlé, Neuchatel/Paris VIIe, collection « l’actualité protestante », série biblique; 1951 (imp. 1er trimestre).

– Essai sur l’expérience de la mort: suivi de Le problème moral du suicide, Paul-Louis Landsberg, écrit en français avec l’aide de Pierre Klossowski, préface de Jean Lacroix; éditions du Seuil, 1951.

– « Hamann 1730-1788 », Pierre Klossowski, in Les Écrivains Célèbres (sous la dir. de Raymond Queneau), tome 2, Éditions d’art Lucien Mazenod, Paris (1952), p.238-241; (2e éd., 1966, p.358-363). Republié avec de légères corrections dans Le mage du nord, Johann Georg Hamann, P. Klossowski, Fata Morgana (1988).

– Le Précédent autrichien: contribution à l’étude de la crise du mouvement socialiste, Joseph Buttinger, traduit de l’allemand (Am Beispiel oesterreichs, Köln, 1953) par Pierre Klossowski; Gallimard, Paris, impr. de Floch à Mayenne, 565 p., 1956.

1955

– Le Gai Savoir, Friedrich Nietzsche, traduction et introduction de Pierre Klossowski; le Club français du livre, Paris, (impr. de P. Dupont), 1956. (L’introduction sera reprise en 1963 dans le recueil Un si funeste désir, sous le titre: « Sur quelques thèmes fondamentaux de la Gaya Scienza de Nietzsche »).

– Le Bain de Diane, Pierre Klossowski, éd. Jean Jacques Pauvert, Paris, impr. N. Fortin et fils, 1956.

– « Nietzsche, le polythéisme et la parodie », Pierre Klossowski, in Revue de Métaphysique et de Morale, PUF, 63e année, n°2/3, avril-septembre 1958, p. 325-348, en ligne (repris avec des modifications dans Un si funeste désir, 1963).

– La Révocation de l’Édit de Nantes, Pierre Klossowski, Éditions de Minuit (Paris), impr. Corbière et Jugain (Alençon), 1959.

– Journal, Paul Klee, traduction de Pierre Klossowski, éd. Bernard Grasset, Paris, Ligugé: impr. Aubin, 1959.

1960

– Un prêtre marié, Jules Barbey d’Aurevilly, préface et notes de Pierre Klossowski; le Club français du livre, Paris, 1960 (préface reprise dans Un si funeste désir, 1963).

– Oeuvres, Sade, introd. de Jean-Jacques Pauvert, suivis d’un essai sur Sade par Pierre Klossowski, illustrations de Giani Esposito; Club Français du Livre, Paris, 1961.

– Jeou-P’ou-T’ouan ou la Chair comme tapis de prière, roman publié vers 1660 par le lettré Li-Yu, traduit en français par Pierre Klossowski, préface par René Etiemble; Paris, J.-J. Pauvert, 1962.

– Un si funeste désir, Pierre Klossowski, éd. Gallimard, impr. Floch (Mayenne), 1963. L’ouvrage comprend: « Sur quelques thèmes fondamentaux de la Gaya Scienza de Nietzsche » (1956); « Gide, Du Bos et le démon » (1950); « En marge de la correspondance de Claudel et de Gide » (1950); « Préface à Un prêtre marié de Barbey d’Aurevilly » (1960); « La messe de Georges Bataille, À propos de L’Abbé C… » (1950); « Le langage, le silence et le communisme » (1949); « Sur Maurice Blanchot », abrégé de moitié et augmenté d’une introduction (version originale: 1949); « Nietzsche, le polythéisme et la parodie » (1957).

1965

– Le nommé Jeudi: un cauchemar, G. K. Chesterton, trad. de l’anglais par Jean Florence (Jean Blum), préface de Pierre Klossowski, Gallimard, 1966.

– « Oubli et anamnèse dans l’expérience vécue de l’éternel retour du Même » (Discussion), Pierre Klossowski, in Cahiers de Royaumont. Nietzsche (compte rendu, publié sous la direction de Gilles Deleuze, du colloque qui s’est tenu du 4 au 8 juillet 1964 à Royaumont), 1966.

– Origines cultuelles et mythiques d’un certain comportement des dames romaines, Pierre Klossowski, illustré de dessins originaux de l’auteur, éd. Fata Morgana, 1968 (réimpression  en 1989).

– Nietzsche et le cercle vicieux, Pierre Klossowski, Mercure de France (Paris), 1969.

1970

– Pierre Klossowski publie « dessin » dans le numéro 5 de la revue Change, intitulé Le dessin du récit, composé de textes de Eisenstein, Jean-Pierre Faye (« Théorie du récit I »), Jean Noël Vuarnet (« Traduction graphique de Compact de Maurice Roche ») et d’illustrations de Françoise Rojare; éd. du Seuil, 1970.

– Les Derniers travaux de Gulliver, (suivi de) Sade etFourier, Pierre Klossowski, Fata Morgana (Montpellier), impr. de la Charité,  1974.

1975

– Roberte au cinéma, Pierre Klossowski et Pierre Zucca, Obliques (Nyons), 1978.

1980

– Les Tarots de Gianni Novak, Pierre Klossowski, éd. Franco Maria Ricci, Paris, 1980 (à l’occasion de l’exposition de Gianni Novak à Paris chez Franco Maria Ricci); est également référencée une édition sans date, sans mention d’éditeur, à l’occasion d’une exposition, Galerie Albert Loeb à Paris, entre le 22-30 octobre.

– La ressemblance, Pierre Klossowski, éd. Ryôan-ji, Marseille; impr. A. Robert; 113 p.; 1984.

 1985

– Roberte et Gulliver: divertimento; suivi d’une lettre à Michel Butor, Pierre Klossowski, Fata Morgana (Montpellier), 1987.

– Le mage du nord, Johann Georg Hamann, Pierre Klossowski, éd. Fata Morgana, impr. à Montpellier, 1988 (14 juin). Contient: l’article de P. Klossowski sur Hamann publié en 1952 dans Les Écrivains Célèbres (cf. supra), ainsi que la traduction de quelques Lettres (à Lindner du 27 avril 1759, à Lindner du 5 juin 1759, à Lindner du 20 juillet 1759, à Kant du 27 juillet 1759 et la seconde lettre à Kant), et celle de Golgotha et Scheblimini. « Tous les textes ont été revus, corrigés et modifiés pour la présente édition » (mis à part les coquilles et le fautes d’orthographe amendées, les traductions des textes de Hamann sont identiques à celles publiées en 1948 chez Minuit).

– Préface de Pierre Klossowski à L’Enlèvement de Vénus de Giancarlo Marmori, trad. de l’italien {par l’auteur avec la collaboration de Myriam Tanant}; Paris: éd. de l’Herne, 1988, imp. Floch à Mayenne; 298 pages.

– Correspondance avec Marie de la Tour et Taxis (Marie von Thurn und Taxis), Rainer Maria Rilke; précédée d’une introduction de Rudolf Kassner; traduit de l’allemand par Pierre Klossowski. — Paris, Albin Michel, 1988 (Impr. Pollina, Luçon); 379 pages.

Sur Klossowski et son œuvre:

– Pierre Klossowski: dessins: été 82, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret. — Exposition à Nice, 1982, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret; 59 pages.

– Pierre Klossowski. Exposition à Paris (13 rue de Téhéran, 75008) à la Galerie Maeght Lelong, 1984 (Imp. Moderne du Lion, Paris), « Repères. Cahiers d’art contemporain »; 23 pages, ill. en noir et en couleur.

– Pierre Klossowski, présentation et bibliographie de Andreas Pfersmann; textes de Georges Bataille, Michel Butor, Jean Decottignies, Antonio del Guercio. — Paris: Centre Georges-Pompidou, « Cahiers Pour un Temps », 1985 (Impr. Laballery, Clamecy); 219 pages, + 1 feuillet d’errata.

– Klossowski: l’homme aux simulacres, Anne-Marie Lugan-Dardignan. — Paris, Navarin, 1986 (Imp. Copédith, Paris); 192 pages.

– Une visite chez Pierre Klossowski, le samedi 25 avril 1987, Michel Butor; photogr. de Maxime Godard. — Paris: éd. de la Différence, 1987, « L’autre Musée, grandes monographies » (Imp. en Italie); 61 pages. Titre de couverture: Klossowski. Publié à l’occasion d’une exposition présentée à Paris, Galerie Beaubourg, décembre 1987.

– « L’utile et la jouissance. Pierre Klossowski. », Hervé Castanet, in revue Barca, n° 1.